Thursday, September 25, 2008

La dégradation de la monnaie

L’épouse de Jupiter, Junon, était surnommée " Moneta ". A Rome, c’était dans son temple que l’on frappait la monnaie.

L’anthropologue Daniel de Coppet (1933-2002) a souligné que la monnaie était au sommet de la hiérarchie des valeurs chez les ‘Aré’aré, un peuple mélanésien :

" Pour les ‘Aré’aré, la monnaie est liée au degré supérieur de civilisation. […] La monnaie préside à l’instauration d’un état supérieur de la société. […] Ainsi se dresse-t-elle comme autorité supérieure au plus haut de l’échelle des êtres, au sommet des relations socio-cosmiques, au niveau du tout de la société […] Chacun des mouvements de la monnaie actualise et renforce l’autorité des ancêtres, hommes et femmes qui, avec le concours des vivants, veillent à la pérennité des relations socio-cosmiques, c’est-à-dire à la relance de la société dans son accord avec le cosmos. "

Le symbolisme de la pièce de monnaie de l’ancienne Chine, ronde et percée d’un carré en son milieu, est expliqué par René Guénon :

" Entre le contour circulaire et le vide médian carré, où s’inscrivent les caractères, correspond évidemment au Cosmos, où se situent les " dix mille êtres ", et le fait qu’elle est comprise entre deux vides exprime symboliquement que ce qui n’est pas entre le Ciel et la Terre est par là même en dehors de la manifestation. Cependant, il y a un point sur lequel la figure peut paraître inexacte, et qui correspond d’ailleurs à un défaut nécessairement inhérent à toute représentation sensible : si l’on ne prenait garde qu’aux positions respectives apparente du Ciel et de la Terre, ou plutôt de ce qui les figure, il pourrait sembler que le Ciel soit à l’extérieur et la Terre à l’intérieur ; mais c’est que, là encore, il ne faut pas oublier de faire l’application de l’analogie en sens inverse : en réalité, à tous les points de vue, l’"intériorité" appartient au Ciel et l’"extériorité" à la Terre. Du reste, même à prendre simplement la figure telle qu’elle est, on voit que, par rapport au Cosmos, le Ciel et la Terre, par là même qu’ils en sont les extrêmes limites, n’ont véritablement qu’une seule face, et que cette face est intérieure pour le Ciel et extérieure pour la Terre ; si l’on voulait considérer leur autre face, il faudrait dire que celle-ci ne peut exister que par rapport au principe commun en lequel ils s’unifient, et où disparaît toute distinction de l’intérieur et de l’extérieur, comme toute opposition et même tout complémentarisme, pour ne laisser subsister que la "Grande Unité". "

Au cours des siècles, une puissante machination a altéré la valeur symbolique et qualitative des monnaies.

De nos jours, l’"influence spirituelle", véhiculée par les symboles figurant sur les monnaies des civilisations traditionnelles, est inversée. La monnaie électronique transmet à tous les marques de la contre-initiation en code binaire. Une hiérarchie occulte, qui a usurpé le droit de frapper la monnaie, détient en réalité le pouvoir mondial. Les argentiers de cette hiérarchie malfaisante planifient l’asservissement des travailleurs et la destruction de la nature. Ils ont créé l’économie virtuelle et la spéculation mondiale qui ont abouti à la crise que nous traversons actuellement. Cette crise n’est pas accidentelle. Les financiers ne sont pas des boursicoteurs stupides...

Si comme la grande majorité des gens vous dites : " moi, je ne comprend rien aux problèmes monétaires " le stratagème machiavélique de l’établissement financier et économique a réussi à maintenir un voile sur nos yeux grâce à une théorie complexe, truffée de concepts erronés, et interdisant toute interprétation réelle des problèmes monétaires et économiques.

En réalité ce sont les peuples qui produisent tous les biens et services mis sur le marché, or sans ces biens et services la monnaie n’aurait aucune raison d’être, donc aucune valeur. Ce sont donc les peuples qui font la valeur de la monnaie. Celle-ci n’apparaît pas spontanément dans la nature, comme les biens et services elle est création de l’homme. Le droit à la création de la monnaie appartient donc aux peuples puisqu’ils en font la valeur.

Pourtant ce droit de création monétaire a été retiré aux peuples pour être confié aux banques auprès desquelles ils doivent s’endetter pour disposer de la monnaie nécessaire à l’échange de leur propre travail et production. Ainsi l’humanité est assise sur une montagne de dettes artificielles dont les conséquences sont dramatiques : diminution générale du pouvoir d’achat, extension de la pauvreté, et misère absolue pour une majeure partie de la population terrestre
. LIRE LA SUITE


Le Hold-up planétaire - la face cachée de Microsoft
"Cet ouvrage va à rebours de la mythologie véhiculée par le marketing génial de Microsoft. Il met en garde contre les ambitions démesurées de ce Big Brother : le contrôle total sur toute forme de transmission et de traitement de l’information, aussi bien dans l’éducation que les transactions bancaires, les actuels et futurs médias et jusque dans l’intimité de notre vie privée." LIRE LA SUITE


No comments: